Rechercher dans tout le site :



Redécouverte d’une espèce de papillon non revue en Île-de-France depuis 35 ans

Mis à jour le jeudi 15 juin 2017 10:04

Zygène des boisL’an dernier, nous publiions avec l’Opie la Liste rouge des Rhopalocères et Zygènes menacés d’Île-de-France. Parmi les résultats quelque peu attristants, on y apprend que sur les 123 espèces connues en Île-de-France, 18 sont considérées comme éteintes de la région. À ces dernières s'ajoutent trois espèces non revues depuis plus de 25 ans, que les évaluateurs, par prudence, n’ont toutefois pas comptabilisées parmi les espèces éteintes, considérant qu’il restait possible d’en redécouvrir une petite population passée inaperçue. Bien leur en a pris ! L’une d’elles, qui n’avait pas été observée depuis 1980 en Île-de-France, a été retrouvée dans une prairie de fauche de la vallée du Petit Morin, sur la commune d’Orly-sur-Morin : il s’agit de la Zygène des bois Zygaena lonicerae ! La première observation a été effectuée en juillet 2016 par Thierry Roy, et ce même observateur, seul puis accompagné par un autre spécialiste des papillons, André Lantz, l’a retrouvée ce mois de juin 2017 au même endroit. Plusieurs individus adultes étaient présents. Par ailleurs, l’identification a été confirmée par des spécialistes du Muséum national d’Histoire naturelle. 

La Zygène des bois est une espèce principalement présente dans la moitié est de la France. Elle est considérée comme étant en danger d’extinction en Alsace, mais n’est pas menacée en Franche Comté et en Provence Alpes-Côtes-d’Azur. Elle affectionne les mosaïques de boisements et de prairies, en particulier la proximité des lisières. Les chenilles se développent sur des plantes de la famille des Fabacées, telles que les trèfles, les vesces, les gesses et les lotiers. Comme la plupart des Zygènes, sa couleur rouge sert à avertir les prédateurs : ce petit insecte est capable de secréter du cyanure !

Ce n’est pas la première fois que la vallée du Petit Morin apporte son lot de surprise : la découverte de populations importantes de Sonneur à ventre jaune, de Cuivré des marais, la nidification du Cincle plongeur, etc. Cette région est l’une des plus paysannes de l’Île-de-France : la polyculture élevage y est bien présente et les prairies sont nombreuses. La faune s’y porte par conséquent mieux qu’ailleurs. Pour soutenir ces pratiques, une extension du site Natura 2000 de la rivière du Petit Morin à l’ensemble de la vallée et des coteaux est en cours d’instruction. 

 

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter NatureParif

Après l'été ...

Calendrier NP
 

Saisie de données naturalistes

Cettia IDF
 

Ce site utilise des cookies

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur En savoir plus