Rechercher dans tout le site :



« Objectif zéro pesticide » : une trop lente amélioration des pratiques

Mis à jour le mercredi 23 mars 2016 13:53

 À l’occasion de la Semaine pour les alternatives aux pesticides, Natureparif, l’agence pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, publie une nouvelle livraison de son indicateur « Objectif zéro pesticide », état des lieux de l’usage des pesticides*[1] par les collectivités franciliennes. Seules 232 communes  d’Île-de-France n’utilisent plus de pesticides sur leurs espaces. Celles qui en utilisent encore ont tendance à réduire leurs usages, mais beaucoup semblent enfreindre la loi en utilisant des produits interdits ou ne respectant pas les modalités d’application.

Initié en 2011 par Natureparif, l’indicateur « Objectif Zéro pesticide en Île-de-France » recense l’état des pratiques des collectivités franciliennes*[2] sur les espaces dont elles ont la responsabilité en matière d’usage ou de non-usage de pesticides. Il valorise celles qui se sont affranchies de ces pratiques très impactantes pour la santé humaine et l’environnement. Nouvellement mis à jour à partir des informations transmises par les collectivités, cet indicateur montre notamment que 18% des communes d’Île-de-France n’utilisent plus aucun pesticide, et ce sur l’ensemble de leurs espaces. Si une très large majorité d’entre elles (84% des communes renseignées) déclarent ne pas en utiliser sur leurs espaces verts, un travail important reste toutefois à réaliser sur la voirie où 47% des communes renseignées utilisent encore le désherbage chimique. Parmi les espaces dits « à contraintes », les cimetières demeurent les espaces où l’usage des pesticides est le plus courant : 69% de communes renseignées y utilisent des pesticides. Pour les départements, la Seine-Saint-Denis et le Val d’Oise affichent zéro pesticide.

Si l’évolution des chiffres depuis 2011 semble témoigner d’une mobilisation certaine des collectivités franciliennes pour tendre vers le « zéro pesticide », elle montre également qu’un très grand nombre d’entre elles ont des pratiques qui les placent très probablement dès aujourd’hui dans l’illégalité et exposent leur autorité exécutive comme leurs techniciens à d’éventuelles poursuites pénales. La réglementation actuelle contraint en effet fortement l’usage de pesticides hors zones agricoles en interdisant l’usage de la plupart des produits à proximité des établissements scolaires ou de santé et en obligeant à des mesures drastiques d’information et d’éviction du public des zones traitées. Une réglementation qui se durcira bientôt avec l‘application au 1er janvier 2017 de la Loi Labbé qui interdit aux gestionnaires publics d'utiliser des produits phytosanitaires et biocides issus de la chimie de synthèse pour l'entretien des voiries, des espaces verts, des forêts et promenades accessibles ou ouverts au public.

Outre le nécessaire respect de la réglementation, l’arrêt total de l’usage des pesticides par les collectivités permet également aux collectivités d’agir sur la protection de la santé des agents et des habitants mais aussi sur l’environnement : la biodiversité, les sols, la qualité de l’air et de l’eau.

Niveau d’usage des pesticides* des communes et départements franciliens


Les 25 et 26 mars et les 1er et 2 avril prochain, chaque foyer qui rapportera des pesticides inutilisés dans un des magasins Botanic d’Île-de-France se verra remettre un bon d’achat de 5 € à utiliser dans les magasins Botanic ainsi qu’un exemplaire du Guide du Jardin écologique, offert par Natureparif. Les particuliers y retrouveront tous les conseils pour mieux accueillir et protéger la biodiversité au cœur de leur jardin (économie de l’eau, respect des sols, zéro pesticide et engrais chimique, compostage, plantation et entretien de haies et d’arbres, création de micro-habitats, clôture perméable aux petits animaux...). www.natureparif.fr

> Télécharger la publication « L’objectif Zéro pesticide et les collectivités d’Île-de-France » (mars 2016)

> Télécharger la cartographie à l’échelle de l’Île-de-France et les cartographies par département (en HD)

Contacts Presse :
Ophélie RICCI
Responsable Communication Natureparif
ophelie.ricci@natureparif.fr - 01 83 65 40 31


[1] Ne sont pas concernés par cette enquête : les produits phytosanitaires ou biocides d’origine naturelle non classés « N – Dangereux pour l’environnement » et les traitements obligatoires imposés par un arrêté préfectoral.

[2] Communes et départements, les intercommunalités ne sont pas inclues dans l’étude 2016 du fait de la réorganisation territoriale en cours.


 

 

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter NatureParif

Nos événements 2016

 

Tous nos vœux pour cette nouvelle année !
Téléchargez le calendrier de nos événements 2016.

Saisie de données naturalistes

Cettia IDF
 

Ce site utilise des cookies

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur En savoir plus