Rechercher dans tout le site :



Trois nouvelles espèces d’oiseaux nicheurs en Île-de-France en 2014

Mis à jour le mercredi 14 janvier 2015 16:12

"le premier juvénile de Cincle plongeur né en Île-de-France", copyright Julien BottinelliDes espèces disparaissent, d’autres apparaissent. Pour certaines, ce n’était qu’une question de temps, les naturalistes le savaient bien. Ainsi, le Héron gardeboeuf est une espèce d’origine africaine et sud-asiatique, en pleine expansion dans le monde entier. Il s’est étendu vers le nord en France dans les années 1990 et 2000, et enfin, en 2014, la première nidification a été constatée par Thibault Jourdain lors du suivi effectué par l’Association des Naturalistes de la Vallée du Loing (ANVL) sur l’Espace Naturel Sensible du Carreau Franc, à Marolles-sur-Seine (77), un site dont la richesse ornithologique est parmi les plus importantes de la région. La nidification est également suspectée plus à l’est en Bassée.

Les deux autres sont de grandes surprises.

La première nous vient de la vaste roselière de l’Etang de Saint-Hubert, l’une des plus grandes roselières de la région. C’est une sorte de mésange des roseaux, que l’on appelle la Panure à moustaches, qui y a été découverte par Stanislas Wroza en juin. Un couple nourrissait ses quatre jeunes. L’espèce se reproduit, au plus près, dans l’estuaire de la Seine et sur le littoral picard. Il s’agit probablement d’une nidification épisodique, rien ne permettant d’assurer qu’une population s’installe durablement en Île-de-France.

C’est sur le site Natura 2000 de la rivière du Petit Morin, l’une des rivières les plus riches d’Île-de-France en termes de biodiversité et de naturalité, que fut effectuée la dernière découverte.  Klaire Houeix, directrice de la Fédération de pêche de Seine-et-Marne, structure animatrice du site Natura 2000, observe l’espèce à plusieurs reprises en 2013 lors d’une descente en canoë sur la rivière. En 2014, Julien Bottinelli (cf.photo) se met à la recherche du nid, et le découvre en amont d’un petit barrage. La première nidification, en avril, échoue, mais en juillet, un jeune est observé en train de se nourrir à quelques mètres du nid. Le Cincle plongeur est une espèce typique des torrents de montagne. Sa nidification dans une rivière de plaine est très inhabituelle, et dépend du faciès des cours d’eau. Les sites de reproduction les plus proches se situent dans l’est des départements de la Marne et de l’Aube.

 

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter NatureParif

Saisie de données naturalistes

Cettia IDF
 

Ce site utilise des cookies

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur En savoir plus